mercredi 6 mars 2019

L'épouse de bois

L'épouse de bois - Ecrit par Terri Windling - Publié aux éditions Le livre de poche - 413 pages

Dans « L’épouse de bois » nous allons suivre Maggie Black, une écrivaine qui vient d’hériter de la maison d’un poète célèbre avec qui elle correspondait depuis de nombreuses années. Ce dernier est mort dans des circonstances suspectes. Maggie décide de s’installer dans cette maison perdue au milieu du désert, dans les montagnes d’Arizona. Une fois installée, Maggie sentira que l’endroit dans lequel elle vit à présent est différent de tout ce qu’elle a connu dans sa vie. Elle a pourtant beaucoup voyagé, mais ces montagnes sont pleines de secrets et de mystères qu’elle a besoin de percer. Au fil de ses journées et de ses recherches dans les affaires de vieux poète, Maggie va découvrir toute la magie qu’abrite la nature qui l’entoure.

En entrant de ce roman, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait et de ce que moi, j’attendais de lui. Bien vite, je n’en ai plus rien attendu et je me suis laissée bercer par son rythme, les images et les sensations qu’il a fait naître en moi. J’ai adoré suivre Maggie dans ces paysages qu’elle découvrait et apprenait à aimer, je marchais avec elles sur les chemins de terre et m’extasiais devant le décor désertique que l’auteur nous décrit. Lorsque des éléments « fantastiques » apparaissent, cela se fait de manière si naturelle qu’ils nous paraissent presque familiers. Et c’est aussi comme ça que les personnages le vivent. J’ai beaucoup aimé toute la douceur qui se dégageait de ce roman, cette acceptation que nous, humains, ne savons pas tout et avons encore beaucoup de choses à découvrir et à apprendre sur la nature qui nous entoure. Il y avait bien longtemps que je n’avais plus été happée comme ça par un livre. 

Si vous cherchez une histoire pleine d’aventure et d’action, ce n’est pas vers ce livre qu’il faut vous tourner. Si, par contre, vous êtes prêts à vous laisser prendre la main pour une longue promenade au milieu de montagnes, de cactus et de créatures (sur)naturelles amicales ou non, laissez-vous tenter. L’épouse de bois dépeint à merveille la pureté et la profondeur de la nature à l’état brut. 

Comme vous pouvez le remarquer, j’ai adoré ce livre et je vous le conseille plutôt deux fois qu’une !


Sandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

mercredi 27 février 2019

Aberrations : Le réveil des monstres


Aberrations : Le réveil des monstres – Ecrit par Joseph Delaney – Publié aux éditions Bayard – 347 pages

Grande fan de L'apprenti Epouvanteur, je ne pouvais pas passer à côté de la nouvelle saga de Joseph Delaney.

C'est donc tout naturellement que j'ai obligé mon chéri à aller faire la file à la Foire du Livre de Bruxelles pour avoir Aberrations en avant-première et le faire dédicacer par l'auteur!

Autant vous dire que la lecture de cette merveille n'a pas fait long feu.

On découvre l'histoire de Crafty, jeune garçon coincé dans une cave dont les murs sont les seuls remparts face aux créatures dangereuses qui sévissent dans le Shole. Le jeune garçon est inquiet car toute la magie qui le protégeait tend à disparaître et ce qui l'attend dehors lui fait extrêmement peur. Par chance, son père revient et l'amène au château où il deviendra mouche de porte, un métier difficile mais qui offre le seul espoir pour un jour, peut-être, trouver le moyen d'éradiquer le Shole qui prend de plus en plus de terrain.

J'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire. Même si l'univers n'est pas tout à fait le même, je ne pouvais m'empêcher de voir certaines similitudes avec la saga de L'épouvanteur. Cela se faisait inconsciemment car au final malgré quelques points communs, les deux univers ne se ressemblent pas. Mais bien que je tente de faire bonne figure, il est difficile pour moi de ne pas les comparer. C'est peut-être là, le plus gros problème que j'ai rencontré lors de ma lecture.

Cela dit, même si ma lecture a fini par être plaisante après quelques chapitres, ce premier tome m'a laissé un goût de trop peu. Bien que l'action soit présente assez régulièrement, j'aurais voulu en découvrir plus sur les aberrations et sur le Shole. Le héro prend des risques, certes, mais quand il les prend, en général tout se passe très vite. J'ai à peine le temps de ressentir les battements de mon coeur s'accélérer.

Malgré cela, cette introduction en la matière est bonne et me donne envie d'en lire plus. J'ai hâte d'en apprendre plus sur certains personnages, de voir ce qu'ils vont apporter dans l'histoire. Car malgré les 347 pages, je n'ai pas eu l'occasion de m'attacher à eux. J'attends donc d'en voir et d'en apprendre plus.

J'ai le pressentiment que Joseph Delaney nous prévoit une suite plus palpitante. Le récit ne peut que devenir intense avec les indices que l'auteur nous donne au fur et à mesure des événements. Et si l'auteur joue aussi bien ses cartes que pour L'épouvanteur, alors Aberrations a énormément de potentiel.

Je compte bien laisser sa chance au second tome quand il sortira et j'espère que mon instinct ne me trompera pas sur ce coup-là.


N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

mardi 29 janvier 2019

Les illusions de Sav-Loar

Les illusions de Sav-Loar – Ecrit par Manon Fargetton – Publié aux éditions Bragelonne dans la collection Fantasy – 665 pages

Voilà plus d'un an que j'ai lu L'héritage des rois passeurs et que je désirais replonger dans son univers. Ni une ni deux, quand j'ai vu la couverture dans ma liseuse, je n'ai pas hésité longtemps avant de cliquer dessus.

On y retrouve Fel, Bleue, Oreb, Guilhem qui voient leur destin se croiser lorsqu'ils sont achetés par Amesân pour devenir les esclaves du Sker. Quand un soir, Bleue verra ses pouvoirs naître et révélés au monde entier, ils vont devoir tout faire pour l'emmener à Sav-Loar afin de la protéger des mages qui veulent la faire disparaître.

Ce roman a beaucoup de qualités, voir énormément : Des personnages forts dont j'ai savouré l'évolution à chaque gros changement. Un rythme parfait qui vous envoûte. Un autre point de vue sur certaines scènes de L'héritage des Rois-Passeurs si vous avez eu le plaisir de le lire. Mais aussi une magie originale qui redonne un coup de fouet à la magie que l'on peut représenter dans un monde fantasy.

Dès les premières pages, on entre dans un univers dur qui appose dès lors des messages pour son public. Les illusions de Sav-Loar est bien plus qu'un roman de fantasy, c'est un roman qui prône l'égalité pour les hommes et les femmes. Il aborde aussi des sujets touchants et forts qui amènent quiconque est un peu sensible à remettre en question ses idées préconçues. De plus, j'ai eu un coup de coeur sur une des phrases énoncées dans un des chapitres.

« Les hommes évoluent avec les lois » : Pour moi, c'est une juste analyse de la société et la clé vers la solution que l'on souhaite tous pour arriver à cette fameuse égalité.

En effet, dans cet univers, seuls les hommes ayant des pouvoirs peuvent vivre, les femmes, elles, sont pourchassées et annihilées tout simplement. Avec cette phrase et le reste de ce qu'elle nous transmet, Manon Fargetton amène avec simplicité vers ce qui touche notre société. Je ne m'amuserai pas à émettre tous les détails de mes réflexions ici. Mais je tiens à vous dire que si ce livre vous attire, que ce soit par son résumé, par sa couverture (juste sublime en passant) ou même par les avis que vous avez entendu ou lu, foncez ! Et si en plus vous souhaitez vous ouvrir l'esprit face à un récit qui, sans magie, aurait pu être le reflet de certaines années noires de notre histoire, n'hésitez pas plus !

Faites vous votre propre avis après votre immersion dans ce livre qui a fait tant battre mon coeur. Et laissez vous imprégner par ce que Manon a à nous offrir.

Kika Illiandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

mardi 22 janvier 2019

Dans la forêt

Dans la forêt - Ecrit par Jean Hegland - Publié aux éditions Gallmeister - 308 pages

Dans la forêt est un roman post-apocalyptique dans lequel nous suivons Nell et Eva, deux soeurs de dix-sept et dix-huit ans, orphelines et vivant dans la forêt.
Dans la maison dans laquelle elles ont vécu toute leur vie, du temps où leur mère n’avait pas encore perdu sa bataille contre le cancer et que leur père, plus tard, n’avait pas disparu à son tour, elles font face au manque. Le manque d’essence pour faire avancer la voiture jusqu'à la ville ou faire fonctionner le générateur. Le manque d’électricité qui les laisse dans l’obscurité à peine percée par la lueur de leurs derniers morceaux de bougies ou celle du poêle à bois. Le manque de vêtements. Le manque de nourriture qui approche, lui aussi, au vu du garde-manger dont les étagères se vident, petit à petit.

Dans la forêt est un livre sur lequel je ne me serais jamais arrêtée habituellement, mais pour une fois, j’ai décidé de faire confiance à l’avis des libraires. Je l’ai acheté sans me poser plus de questions et me suis plongée dedans quelques jours plus tard. J’avais peur d’être catapultée dans un futur plus ou moins lointain dans lequel l’humanité aurait été décimée par des extraterrestres ou par un quelconque virus tombé entre les mains d’un grand méchant. Quel soulagement de voir qu’il est possible de faire du post-apocalyptique réaliste! Jean Hegland nous fait découvrir les conséquences de la surconsommation, des guerres causées par l’ingérence de certains Etats sur d’autres, du réchauffement climatique. Elle remet en question le système éducatif et l'impact négatif qu'il peut avoir sur les enfants et les adolescents. Elle nous fait ouvrir les yeux sur les dangers de nos comportements, mais aussi celui des gouvernements. Avec une écriture fluide et efficace, elle nous dépeint la nouvelle routine de deux jeunes femmes qui vont devoir faire des sacrifices, se priver et mener une vie dénuée de toute technologie et des facilités qu'elle pouvait engendrer. Elles vont devoir, comme des peuples et tribus ont du le faire avant elles, avant nous, réussir à comprendre la forêt, la nature, et tout ce qu’elle a à leur offrir mais aussi tous les dangers qui s'y cachent.

Dans un récit partagé entre les flashs-back d'un passé insouciant et un présent des plus difficiles, Jean Hegland nous offre un roman nous contant la fin de la civilisation telle que nous la connaissons, doux et dur à la fois, duquel il est impossible, selon moi, de sortir sans se poser de véritables questions sur nos habitudes actuelles et l’impact qu’elles pourraient avoir sur les années à venir.

Sandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

mercredi 12 septembre 2018

Les yeux du dragon


Les yeux du dragon – Ecrit par Stephen King – Publié aux éditions J'ai lu dans la collection Fantasy – 471 pages


Pour l'instant, je n'ai lu qu'un Stephen King : Les yeux du dragon. Je l'ai lu pour la première fois vers 16/17 ans. Je me rappelle que j'avais apprécié ma lecture mais celle-ci n'avait pas laissé de souvenirs palpables en moi. Après avoir entamé "Mémoire d'un métier" du même auteur, j'ai eu envie de découvrir un peu plus son univers. Avant de commencer ses romans plus imposants, j'ai préféré relire cette histoire.

Et quel plaisir ça a été ! Relire l'histoire de Peter, de Flagg et de Thomas avec des yeux d'adulte a offert une nouvelle saveur à ma lecture.

On découvre l'histoire du royaume de Delain qui est en proie aux manigances de Flagg, le conseiller du roi. Celui-ci décide de mettre le royaume dans la confusion la plus totale, en accusant Peter, le prince héritier, du meurtre de son père. A travers un récit conté, on va en apprendre plus sur les complots et les manigances qui peuvent vite faire basculer les idées préconçues des gens.

A travers ce récit, on redécouvre la notion de se méfier des apparences. On apprend à relativiser les actes ou révélations qui peuvent rythmer notre vie. Notre voisin qui semble si souriant, peut cacher une personne fort mal intentionnée. Cette personne dont on vous vante la méchanceté, peut en réalité n'être qu'une simple victime des on dit ! On est facilement prompt à juger mais avons-nous toutes les cartes en main pour bien comprendre une situation ?

Stephen King nous décortique chaque action et chaque événement d'un main de maître. Il nous invite à aller au-delà des apparences et cela va nous permettre de mieux appréhender ce qu'il nous livre.

Pour cela, il alterne les différents points de vue et de temps. Chaque chapitre nous apportera des indices sur l'histoire, le rôle des personnages et ce qui va arriver.

Chaque personnage a un rôle bien spécifique et une personnalité bien à lui. Rien n'est laissé au hasard avec l'auteur et j'aime énormément ça.

Le tout mélangé donne un conte bien maîtrisé qui ne m'a pas laissé m'ennuyer un seul instant. Je vais lire avec plaisir d'autres livres de Stephen King. Si tout ce qu'il écrit est aussi bien maîtrisé que ce récit, je risque de passer de beaux moments.

Kika Illiandra


N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

mardi 4 septembre 2018

Pumpkin Autumn challenge - Nos PAL



Septembre nous fait enfin l'honneur de sa présence après un été bien trop caniculaire à notre goût. Et il n'arrive pas seul ! Le Pumpkin Autumn Challenge l'accompagne.

Ce challenge, organisé par Guimause, représente tout ce qui plaît aux lectrices de Lectures caféinées : les couleurs de l'automne, un moment cocooning avec un bon livre, une bonne boisson chaude et un plaid tout doux et, avec cela, la fête d'Halloween.

A l'annonce de sa reprise, on a donc pris grand soin de sélectionner nos lectures.

Au programme, 4 menus ayant chacun trois catégories et un max de plaisir et de partage !
Si vous sortez le nez de votre chaudron et que vous n'avez pas encore entendu parler de cet événement, on vous invite à aller voir la vidéo (lien de la vidéo) de Guimause. Elle vous expliquera mieux que nous en quoi consiste le challenge.

NB : Chaque livre situé sous les menus suit l'ordre des catégories présentées par Guimause sur l'image ci-dessous : 




Trêve de bavardages, il est temps de vous présenter nos sélections : 


La sélection de Kika



La sélection de Chloé 




La sélection de Sandra





Ce challenge nous enthousiasme et on a hâte de pouvoir partager avec vous nos avis. 
Et vous, participez-vous au challenge? Avez-vous déjà lu les livres que nous vous avons présenté? Quelle est votre PAL? Dites-nous tout! On est de grandes curieuses! 

N'hésitez pas à venir échanger avec nous sur l'Instagram du blog ou sur nos comptes Instagram respectifs. 



N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

            
Sandra    Kika

mercredi 4 juillet 2018

HEX



HEX - Ecrit par Thomas Olde Heuvelt - Publié aux éditions Bragelonne - 408 pages

HEX, c’est l’histoire de la population de Black Spring, une petite ville reculée de l’Hudson Valley aux  Etats-Unis. Dans cette ville rôde Katherine, une sorcière vieille de 350 ans, aux yeux et à la bouche cousus et au corps entravé par de lourdes chaînes.
Les habitants de Black Spring ne peuvent quitter leur ville. S’ils s’en éloignent plus de quelques semaines, ils perdent la tête et finissent par se suicider s’ils ne réagissent pas à temps. La ville était tranquille, jusqu’à ce qu’une bande d’adolescents décide de jouer un tour à la sorcière. A partir de là, les choses se mettent à dégénérer et la ville est plongée dans un cauchemar sans nom.

J’ai beaucoup aimé le fait que l’histoire soit racontée sous plusieurs points de vue en gardant tout de même une narration à la troisième personne. Les personnages sont attachants, certains plus que d’autres, et surtout, ils sont réalistes. Ils ont tous leurs qualités mais aussi leurs défauts. On ne nous offre pas ici une bande de héros sans peur et sans reproches, et ça, j’adore ! L’histoire m’a plu, le réalisme des personnages m’a plu aussi, pour autant, j’ai un goût de trop peu. Le personnage auquel je me suis le plus attachée est Griselda, la bouchère un peu simplette. Elle m'a fait pitié et amusée à la fois. J'ai trouvé qu'il s'agissait du personnage le moins lisse de l'histoire en comparaison au duo de personnages principaux que forment Steve et son fils Tyler qui fait partie de la bande d'ado qui déclanche tout.

Je n’ai d'ailleurs pas compris pourquoi cette bande d’adolescents, qui sait à quel point la sorcière est dangereuse, décide de lui jouer des tours. Ce sont des ados, ok, ils veulent se rebeller, ok. Mais il ne s’agit pas de voler dans un magasin ou de crever les pneus d’une voiture, ils provoquent une créature surnaturelle en sachant pertinemment qu’elle pourrait tuer quelqu’un à cause d’eux. De la part de certains personnages, c’est acceptable, mais certains membres de la bande sont bien trop réfléchis et intelligents pour s’adonner à de tels actes. 

J'ai été totalement happée par le roman, pour ce qui est des 300 premières pages, en tout cas. Après ça, la fin m'a parue beaucoup trop abrupte, tout arrive d'un coup. Les événements s’enchaînent, se voulant plus violents et glauques les uns que les autres, mais la sauce n'a pas pris avec moi. C'était trop rapide comparé au reste du livre qui, lui, était plutôt lent et répétitif par moments. La lenteur ne m'a pas plus dérangée que ça car ma curiosité était clairement présente. C'est sans doute cette curiosité grandissante qui a fait tombé comme un soufflé la fin du livre. Déçue, je le suis de la fin, mais je garderai tout de même un bon souvenir de mes soirées passées à Black Spring. 

Comme vous pouvez le constater, mon avis sur ce roman est mitigé. Histoire au top mais pas assez creusée et développée à mon goût. La fin était bonne et à la fois un peu décevante pour moi. Bref, en définitive, je vous conseille vivement ce livre malgré quelques ombres au tableau qui ne m’ont toutefois pas empêchée de passer un très bon moment de lecture.

Sandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      

lundi 25 juin 2018

L'anti-magicien

L'anti-magicien – Ecrit par Sebastien De Castell – Publié aux éditions Gallimard dans la collection jeunesse – 464 pages


Avec sa couverture sublime et son résumé alléchant et intriguant, je ne pouvais que craquer sur L'anti-magicien. Sébastien De Castell est un auteur que je rêvais de découvrir avec Les manteaux de la gloire publié aux éditions Milady mais je n'ai pas pu résister à son roman jeunesse.

On découvre Kelen, un jeune homme qui est en âge de passer les différentes épreuves pour devenir enfin mage. Seul petit bémol, le peu de pouvoir qu'il a manifesté dans son enfance commence à disparaître. Frustré et triste, il se sent dans l'obligation de tricher pour arriver à ses fins. Malheureusement, rien ne se passera comme il le souhaite et il verra sa vie, ses convictions et tout ce en quoi il croit chamboulé.

Autant le dire directement, ce fut un véritable coup de coeur ! Grâce à ce roman, j'ai retrouvé une frénésie proche de celle que j'ai eu avec la découverte d'Harry Potter. Le tome 2 sortira d'ailleurs en septembre et il va me falloir patienter jusque là.

L'auteur nous offre ici un premier tome riche en émotions à travers des personnages à la personnalité forte et superbement bien travaillée. Il est rare pour moi de parler plus en détail de ceux-ci dans mes chroniques. En général, les auteurs et les maisons d'éditions font bien leur travail.

Cependant pour ce livre, j'ai eu un coup de coeur incommensurables pour les personnages principaux et pour certains personnages secondaires. Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé mais c'est peut-être parce que leur caractère se prête très bien avec les situations dans lesquelles les embarquent l'écrivain.

Kelen est un garçon désespéré qui veut se donner les seules armes qu'il a pour réaliser son rêve de devenir mage : la ruse et l'intelligence. Il est meurtri et désespéré car il refuse de devenir un domestique alors qu'il est le fils d'un des prétendants au trône. Il se doit d'avoir une puissante magie et d'impressionner ses camarades. Malheureusement, il se voit rejeter car dans son pays, tu n'es rien si tu n'as pas de magie. Il va devoir se battre pour trouver sa place et cela s'avérera difficile avec l'arriver de Furia, cette étrangère qui a une vision de la vie bien différente de la sienne. Elle va avoir une sacré influence sur lui et va l'aider à réaliser que son monde n'est peut-être pas celui qu'il pense connaître.

Furia quant à elle est vraiment géniale. Elle a ce genre de personnalité qui malgré les situations critiques ne se laisse pas faire et qui a toujours cette ironie emprunte d'une certaine part de vérité.
Avec elle, vous pouvez vous attendre à voir la pression face à une situation d'injustice retomber à l'aide d'une simple phrase. Autant vous dire que la quatrième de couverture ne mentait pas sur l'humour.

Rakis quant à lui a un caractère brute et honnête qui remettent les choses simples dans leur contexte. Il n'a pas sa langue dans sa poche et ça rajoute ce petit goût pimenté à l'histoire comme je les aime.

Ces trois personnalités complètement différentes vont devoir évoluer ensemble et autant vous dire que ça déménage! J'ai adoré ce petit trio et j'espère pouvoir les retrouver dans le tome 2.

Certains personnages secondaires quant à eux sont ignobles, ils ont su me retourner les tripes. Cependant, Kelen arrive facilement à nous faire relativiser sur leur comportement et c'est peut-être une des choses que j'aime le plus chez lui. Il réfléchit ! Il ne juge pas, il se débat face aux événements qu'il doit subir et il ne tient pas vraiment rigueur à ses ennemis. L'auteur a très bien joué son rôle ici. On nous apprend qu'il y a pleins de raisons qui peuvent rendre quelqu'un imbuvable et expliqué la stupidité, la méchanceté ou certaines réactions. Chaque protagoniste est loin d'être manichéens et j'aime énormément cela.

Je l'avoue, c'est peut-être le coté de ma personnalité qui n'aime pas l'injustice qui m'a fait m'accrocher autant aux personnages principaux et qui m'a fait vivre leurs aventures avec le coeur battant la chamade. C'est peut-être mon côté sensible qui m'a fait aimer les messages que l'auteur fait passer à travers chacune de ses péripéties. Et peut-être même que j'ai su me retrouver à travers certains traits de caractères des personnages. Mais n'est-ce pas ce genre de faits qui peuvent nous donner, en partie, un coup de coeur pour un roman ?

Au-delà de ça, l'univers est tout simplement excellent, le traitement de la magie est tout simplement génial et l'auteur nous fait comprendre que dans une société ce n'est pas les règles préétablies qui font de nous quelqu'un d'intéressant ou non. On le devient en luttant pour trouver sa place et/ou pour se trouver soi-même. On a tous une part de magie en nous qui nous rend unique !

Et je ne sais pas vous, mais pour ma part, je préfère être unique et jouir de la liberté d'être moi-même que de vouloir atteindre les idéaux de la société.

Vous l'aurez compris, je risque de foncer en magasin quand le tome deux sortira. Je pense que cela est inévitable ! Je vous conseille aussi fortement ce roman, tout comme je vous conseille de l'offrir si vous avez un ados qui aime lire de la fantasy dans votre entourage.

Kika Illiandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :

      


jeudi 7 juin 2018

L'héritage : L'aîné



L'héritage : L'ainé – Ecrit par Christopher Paolini – Publié aux éditions Bayard dans la collection jeunesse – 793 pages

Grande amatrice de fantasy, je ne pouvais pas rester sans continuer à lire la saga L'héritage de Christopher Paolini. Celle-ci est devenue un grand classique, qui pour moi est inévitable à lire pour tous les amoureux du genre.

On découvre Eragon après la grande bataille pour défendre Farthen Dûr. Notre jeune héro n'aura malheureusement pas le temps de se reposer car le temps presse. Galbatorix reste une menace trop dangereuse et il se doit de partir vers Ellesméra pour y recevoir la formation qui fera de lui un meilleur dragonnier. En parallèle, on suivra son cousin Roran qui devra défendre son village suite à l'attaque des Ra'zacs et Nasuada qui devra guider les rebelles dans leur guerre contre l'empire.

Le premier tome avait été une bonne lecture. Cependant, il ne m'avait pas fait autant vibrer que ce que j'avais espéré. Plus introductif à l'univers, il était parfois long malgré une action récurrente tout au long du livre.

Ce second tome était bien meilleur à mon sens et j'ai découvert une véritable passion pour l'univers créé par l'auteur. En suivant Eragon, on va découvrir l'histoire et la culture des nains et des elfes. Malgré la lenteur que cette démarche apporte à l'histoire, cela n'enlève rien à la curiosité que ça a éveillé en moi.

On s'étonne que chaque tome de la saga soit un sacré pavé, mais cela parait normal vu l'amour que l'auteur a dû mettre dans la création de son univers. Chacune des découvertes a été délectable à lire et cela m'a permis de découvrir les aventures de nos héros d'une nouvelle façon. Un seul mot peut résumer ma lecture : Addictif !

En effet, que ce soit au travers du voyage d'Eragon et de son initiation, des mésaventures de son cousin Roran ou face aux défis auxquels est confronté Nasuada ; tout a été mis en place pour me rendre difficile les moments que j'ai passé loin de mon livre ! Je me suis rendue compte que je voulais dévorer la suite afin de savoir ce que nous réservait l'auteur.

Entre rebondissements et approfondissement de l'univers, ce livre m'a laissé un goût savoureux une fois la dernière page tournée. Il ne me reste plus qu'à me procurer la suite et à me plonger dedans.


Kika Illiandra

N'hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux :